Les inscriptions sur les parois : tableaux de récoltes, noms de lieux, mesures...

Les champignonnistes ont besoin de noter diverses informations nécessaires à la culture et à la bonne gestion de la cave comme la provenance des fumiers, la température, la superficie d'une cave.
Jusqu'au milieu du XXème siècle, les champignonnistes (comme les carriers)
écrivaient à même la paroi. Il suffisait pour cela de rendre plate la pierre, puis de la lisser, elle était alors prête à écrire. Parfois, la zone lissée était noircie au noir de fumée, puis on venait graver dedans au lieu d'écrire, la lecture se faisant alors en blanc sur fond noir, cela est surtout valable pour les petites inscriptions discrètes, il s'agissait peut-être de pouvoir repérer ces informations plus aisément dans la galerie, mais surtout elle ne nécessitait pas d'outils spécifiques comme une mine pour écrire. La fumée de la lampe et la pointe d'un couteau suffisaient.

Ils ont aussi besoin de nommer les lieux pour se repérer plus facilement dans ces dédales de galeries.

On retrouve ainsi, plus d'un demi-siècle plus tard, des tableaux de récoltes, des noms de lieux, ainsi que de nombreuses autres informations que l'on peut lire et décrypter pour connaître une partie de l'histoire du lieu.
___________________________________________________________________________________________

© 2005-2009 www.troglos.com

Tous droits réservés.
L'ensemble du site ainsi que son contenu (textes, photographies, images, documents, shémas, etc.) sont soumis aux droits d'auteur.
Toute reproduction, représentation, ou diffusion totale ou partielle sont strictement interdites sans autorisation écrite de l'auteur.
Dessins et inscriptions diverses

On trouve aussi des dessins, des signatures, ainsi que d'autres inscriptions qui ont pu être laissées par les champignonnistes, mais aussi par les carriers ou autres "habitants" des lieux ou "visiteurs". A découvrir dans la partie "inscriptions en carrières"
Dans la même carrière, un carrefour.
On observe une véritable hiérachie des informations dans les noms de rues de cette carrière. Le bd saint-Michel comporte ainsi plusieurs "parties".
Nom d'une des sorties.
Nom de rue adapté à la paroi.
Nom d'une cave de culture avec son numéro dans une champignonnière du Loir-et-Cher réalisé à la peinture.
La pierre a été travaillée pour la rendre plane puis lissée, ensuite ont été légèrement gravés deux traits horizontaux afin de pouvoir placer les lettres. Comme souvent, les lettrages sont particulièrement soignés.
Dans la même carrière, sont écrits de la même manière noms de fontaines... On aperçoit que le nom de celle-ci a été gravé avant, et s'apellait simplement "Fontaine de la Marinière".
Et tout types d'autres noms de lieux.
Dans cette autre champignonnière -qui est encore en exploitation-, les noms ont été marqués directement sur les parois, sans que celles-ci ne soient retravaillées ou lissées.
Nom de galerie dans une ancienne champignon-nière d'Indre-et-Loire. Le numéro est récent et a été fait à la bombe par des gens chargés de consolider cette carrière il y a 10-20 ans.
Numéros de deux époques différentes dans une champignonnière du Loir-et-Cher. Sous le numéro bleu, on distingue du rouge d'un ancien nom.
Dans une autre carrière d'Indre-et-Loire, nom écrit au charbon de bois mélangé de suif.
Loir-et-Cher. Un nom écrit à la mine. La flèche indique le départ de la rue.
Dans une autre carrière de Loir et Cher.
~ °oO°Oo° ~
Les tableaux de cueille ou de récoltes

Il s'agit de tableaux où sont inscrits les comptages de paniers de champignons récoltés par jour.
Chaque case de ce tableau pouvait être
effacée en grattant un peu après chaque rotation de culture, pour être réécrite après.
La plupart ne sont que des listes de nombres mais certains tableaux sont très complets, en plus du nombre de paniers, sont inscrits le
nom des cueilleurs, la provenance des fumiers, leur quantité et s'avèrent être une mine précieuse d'informations.
A partir du milieu du vingtième siècle, ces tableaux sont réalisés sur papier, ce qui explique l'absence de tableaux sur les parois après cette époque.


Déchiffrage et analyse de quelques tableaux :
Noms de lieux

Pour permettre aux champignonnistes de se repérer et de se comprendre entre eux, certains lieux pouvaient être nommés. C'est surtout le cas dans les champignonnières de taille importante.

Les caves pouvaient recevoir un nom "petit soleil", "les wagons" ou un numéro. Parfois le nom est doublé d'un numéro, plus facile à retenir et à déchiffrer pour certains champignonnistes savent à peine lire. Parfois aussi une champignonnière peut recevoir des noms pour ses galeries et en parallèle, de manière indépendante des numéros pour les caves (ainsi dans la galerie "grande rue" il peut y avoir trois caves la 4, la 5 et la 11)

Les
fontaines, les galeries de circulation, certains carrefours ou les entrées (lorsqu'il y en avait plusieurs) pouvaient aussi recevoir un nom.
Les noms de galeries reprenaient souvent l'
orientation de rues situées en surface, même si celles-ci ne sont pas au-dessus, cela dans le but de pouvoir se repérer aisément.
Elles pouvaient aussi avoir comme nom celui d'une activité
, d'un propriétaire ou d'un élément constitutif du lieu ("rue de la fontaine", "rue des vieilles caves").

Les noms étaient écrits au noir de fumée, à la mine, avec un mélange de charbon et de suif, ou à la peinture.
~ °oO°Oo° ~
Tableau très complet et bien conservé découvert dans une ancienne champignonnière du Loir-et-Cher.
Celui-ci comporte : Numéro de la galerie, année, contenance (en wagons, en tonnes, en toises), provenance des fumiers et leur quantité (ex : 1er Wagon : fumier de Contres 4 camions) Blancs employés en quantité
(ex : n°612 - 600 1/2), production (par jour et par panier, fractionné par mois), lardage du ... cueille commencée le... finie le... rendement au 10t, température au lardage et en cueille.
Un autre tableau dans la même carrière. Provenance des fumiers, tableau de récolte, température à diverses étapes de la culture, généralités des fumiers, désignation et quantités des blancs ainsi que leur provenance, (Loches et Bx -Bordeaux ? ), observations. On remarque que ces fumiers viennent parfois de loin (Bourges, Issoire, Lyon, sur d'autres tableaux sont aussi mentionnés les noms de Macon, Limoges, Contres, Poitiers, Pont l'Evêque entre autres). On peut aussi remarquer que ce tableau a été plusieurs fois remanié.
On remarque aussi que l'intitulé des colonnes est "mois, jours, paniers" mais dans le remplissage des colonnes il n'y a que les jours et le nombre de paniers celles-ci sont donc décalées verticalement. Un bonhomme (un gendarme ?) a aussi été réalisé.
Production selon le nombre de paniers récoltés. Au bout de deux mois et demi des cases sont vides : lorsque la culture ne produisait plus assez, il a été récolté seulement un jour sur deux. Les cases vides montrent que le numéro des jours a été pré-rempli avant les jours même de la récolte.
Un autre tableau dans cette même ancienne champignonnière où l'on trouve à peu près le même type d'informations. Ces tableaux sont exceptionnels, en effet il est rare qu'ils comportent autant d'informations. Ceux-ci nous délivrent donc de précieuses informations et en les analysant, ils peuvent nous permettre d'en apprendre beaucoup sur cet endroit, sur la culture des champignons à cette époque et sur les champignonnistes.
Le tableau comporte 5 mois de mentionnés, le premier a été gratté, peut-être pour réécrire dessus. On ne saura donc pas ce qui a été produit en Septembre et à partir de quelle date. Au mois d'Octobre et de Novembre, la cueille a lieu tous les jours. Puis elle a lieu tous tous les deux jours, puis tous les 3 jours (en pointillé orange). la culture est donc exploitée jusqu'à total épuisement du mycélium, jusqu'à ce qu'il n'y ait quasiment plus de champignons (1/2 paniers tous les 3 jours au lieu de plus d'une quinzaine par jour lors de la 1ère volée). On remarque aussi que des jours du mois de Décembre ont été placés à la suite de ceux de Novembre. Pareil pour le mois de Janvier. Les numéros de ces derniers jours ont donc été ajoutés le jour même de la récolte, du moins à la fin (ce qui n'est pas le cas de tous les tableaux). La mise en valeur de la quantité récoltée par la couleur rouge montre bien les différentes volées ainsi que la diminution de la production.
Les températures

Des relevés de températures sont parfois inscrits sur les parois, souvent à côté d'un thermomètre. Si des températures à certaines étapes de la culture (lardage, gobetage, énième jour de cueille) peuvent être mentionnés sur le tableau de cueille, le relevé lui-même se fait à part (le thermomètre n'étant pas forcément à côté du tableau de cueille et le tableau de cueille ayant rarement la vocation de recueillir les relevés de températures). Le fait de relever régulièrement la température est important -qu'il soit ensuite écrit ou non- étant donné que la gestion de la température est primordiale pour la culture du champignon.
~ °oO°Oo° ~
Thermomètre et tableau de relevés de la température dans une ancienne champignonnière du Loir-et-Cher.
~ °oO°Oo° ~
Les étapes de cultures

Certaines étapes comme celles du lardage sont inscrites sur les parois. Elles servent de référence pour les autres étapes de la culture. Les étapes sont suivies d'une date, celle du lardage est parfois complétés des références des blancs employés. Elles sont parfois inscrites par gravure sur un fond de noir de fumée. (ainsi pas besoin de mine pour écrire)
Relevé de température.
"Le fond de cette partie est larder en n°163 et tout le devant en n°612 Le 10 Juillet 1941". Les numéros sont les références des blancs employés. On observe aussi un calcul.
"Cette galerie a été désinfectée le 15 Octobre 1957"
"Les caisses ont été mis en place ici le 15 Septembre 1958" Celà nous renseigne sur la présence de culture en caisses de bois dans cette carrière à cette époque.
"Caisses rentrées les 9 - 11 et 13 Août
Température ??? Le 3 Septembre 15h ???"
"Lardé le 12 - 10 - 60 N 6.45".
"1950
La partie partant du bassin à la Gd La Relève 58t
triplette ainsi que la jumelle
de l'autre coté S R - 6 - 12
et tout le reste S R -13
Le 6 avril"
Même si celà n'est pas mentionné, il s'agit sans doute du lardage avec les références des blancs utilisés.
"Wagon Saumur pur
131 M???
Lardé le 16 Janvier 1912
[signatures]
Toutes les meules 1364.C.1
Le 30 ?? 1928
[signature]".
Les deux textes sont vraisemblablement d'époques différentes.
"L'accot entre les pierres ??? en 3ème La triplette et la jumelle à ??? Blanc ??? lardé le 24 Août 1927".
~ °oO°Oo° ~
Les mesures

Dans un certain nombre d'anciennes champignonnières, on peut remarquer un certain nombre d'inscriptions mentionnant la surface d'une cave ou d'un plancher. Un plancher était la surface au sol où sont disposées les meules. Une cave (ou chambre de culture) peut être composée de plusieurs planchers ou bien d'un plancher unique.

Les galeries sont mesurées en
toises ou en wagons. Elles sont liées aux étapes de la culture puisque ces mesures sont prises lorsque le compost a été mis en meule, en effet c'est ce compost mis en meule qu'on quantifie dans ces mesures.

La mesure en
wagons : il s'agit de la quantité de fumier de cheval apporté pour faire les meules. Un wagon permettant de confectionner une surface d'environ 100m² de meules, il était aisé de calculer la superficie d'une galerie ou d'une carrière. A l'inverse, cela permettait de savoir, en voyant une galerie qui fait x wagons, la quantité de fumier qu'il faudrait apporter et quelle quantité de champignons elle pourrait produire. La superficie d'une carrière est alors assez rarement exprimée en mètres carrés, mais donc plutôt en wagons. Cette mesure est parfois encore indiquée sur les actes d'achats de carrières.

La mesure d'une galerie ou d'un plancher en
toise quant à elle, n'est pas sa longueur, mais la longueur cumulée des meules qu'elle comporte. Il s'agit de la mesure ayant comme unité l'envergure des bras, soit environ 1m80.

On remarque souvent que ces mesures sont associées à une date de lardage, ce n'est pas étonnant puisque ces mesures vont permettre de gérer les espaces pour les cultures, savoir la quantité de blanc à larder (ensemencer) ainsi que la quantité de récolte attendue.
"1952 Fumiers de Mai Plancher n°1 Lefèvre : 192 t. Contenance de cette partie 187 toises dont 90 dans la partie qu'il y a le petit passage et 87 dans celle-ci ----->
167 gros ??? Lardé ?? 69 - 304 Le 4 Juin"
"1952 Fumiers de Mai Plancher n°1 Lefèvre : Contenance de cette partie 187 toises dont 90 dans la partie qu'il y a le petit passage et 87 dans celle-ci ----->
167 gros ??? Lardé ?? 69 - 304 Le 4 Juin"
"Planchers de 3 vagons ---->
2 Tours 1 chap??? 220 Toises"
"Dans la galerie 11 vagons 670 toises"
Calculs.
"1923 Plancher de 8 vagons
Le fond ----> 3 Ch et 2 Tours
L'entrée ---> 3 Tours
Total 450 Toises"
"1950 Depuis Le (a?) ?erre jusqu'ici ---> Cette partie fait 117 toises
de ce côté les B ?????? qui (e?) la Jumelle qui s'arrête ici 612
Les 2gdes Jumelles en suivant PR 6-12
et l'autre avec un raccord(?) de triplette 613 et le petit carré auprès du Bouchage 613
Lardé le 27 Mars".
Nom de rue réalisé à la mine dans une carrière du Loir-et-Cher.
Nom au noir de fumée puis écrit.
Inscription réalisée au noir de fumée.
"1952 Ce dernier coupage fait 28t + 10 en Dehors (?) et fait partie du Plancher de *???* (216 t) dont 81 sur le Devant et 135 dans la traverse Lardage le 18 et 21 Juin
Toisage Complet de la Galerie 930 t
Lardage du 6 au 21 Juin".
Calcul des toises ensemencées (Blanc)
"Partie d'un plancher 2 *r? Chap??* 45 toises
les 2 wagons" Calcul
"1955 Plancher unique Cette partie lardée les 5 et *?*" Sept en 225 Berl*?* 82 Chap*?* (Chapuis?) fait 121 + 30 racul droite soit 151"
"1952 Toute cette partie fait 128 t dont 96 en Galerie et 29 dans le Racul Lardé Blle *???* 307 304 Le *?* Juin"
"111 toises"

"triplettes et les 2 jumelles de gauche 313 1/4 le reste 166 1/4 34(?)-8-32"

"1952 Ce Grand Coupage fait 140 toises compris le Racul de Droite plus le petit carré qui va au bouchage 30t ----->
Lardé B(?) 90 et 383 1/2 Le 16-17 Juin
Ici s'arrête le Plancher n°5
Lyon 206t"
~ °oO°Oo° ~
Numéros de caves dans une champignonnires inscrits en chiffres romains.
Tableau dans une carrière du Lochois.
Détail de ce même tableau.
Détail d'un autre tableau.
Un autre tableau.